Quand les centres-villes sont dynamiques !

Dans un contexte complexe, certaines villes se démarquent par le dynamisme de leur tissu commercial. Comment font-elles ?

Le palmarès des centres-villes commerçants a été publié, présentant les caractéristiques qui permettent d’expliquer la vitalité des centres-villes selon la taille de la ville.
Ce palmarès distingue plusieurs catégories : les grandes agglomérations résilientes (Strasbourg), les grandes villes moyennes fragilisées (Colmar), les petites villes moyennes en danger (Saint-Lô) et les villes touristiques préservées (Saint-Malo).

Tout d’abord, pour ce qui est des grandes agglomérations, les caractéristiques sont les suivantes :

  • Accessibilité tous modes (modes doux, transports en commun, automobile) ;
  • Plateau piétonnier étendu sur l’ensemble du cœur de ville ;
  • Circulation partagée sur l’espace public ;
  • Animation de la ville : évènements culturels et touristiques ;
  • Développement raisonnable des zones périphériques en concertation avec le cœur de ville ;
  • Présence importante d’activités culturelles et de loisirs.

La prise en compte des tendances urbaines et commerciales est également un élément vecteur d’attractivité et de dynamisme.
Ces centres-villes se caractérisent par une prédominance des secteurs du prêt-à-porter, de la beauté/santé, culture/loisirs et cafés/restaurants. Cette évolution de la représentativité des activités nuit aux commerces de proximité alimentaires.

Les grandes villes moyennes trouvent leur dynamisme commercial à travers cinq caractéristiques :

  • Population de CSP+ et ayant une certaine ancienneté de présence sur le secteur ;
  • Fort taux d’actifs en emploi ;
  • Plus de 350 commerces ;
  • Attrait touristique de la commune.

Outre les grandes villes moyennes dynamiques, les autres sont sujettes en masse à la désertification commerciale. Le commerce de proximité est davantage représenté dans ces typologies de ville que dans les grandes agglomérations résilientes. C’est pourquoi ces centres-villes disposent d’une offre particulièrement hétérogène (diverses activités aux performances variées).

Les petites villes moyennes, caractérisées par une offre marchande de proximité mais également une offre shopping unique sur ces territoires, restent dynamiques grâce à cinq facteurs explicatifs :

  • Statut de préfecture ;
  • Éloignement des grands centres urbains ;
  • Nombre important d’activités industrielles ;
  • Activités touristiques présentes dans le tissu économique ;
  • Faible structuration commerciale de la périphérie.

L’emploi contribue donc fortement au dynamisme de ces villes. Par ailleurs, l’accessibilité au centre-ville (présence de parkings), l’importance des marchés et les aménagements urbains sont des éléments complémentaires qui distinguent ces petites villes moyennes.

Enfin, les facteurs explicatifs du dynamisme commercial des villes touristiques sont les suivants :

  • Population touristique aux revenus importants ;
  • Apport touristique régulier dont tourisme de courts séjours hors période estivale ;
  • Offre de commerce de bouche et de restauration conséquente ;
  • Développement contenu et concerté des commerces en périphérie ;
  • Stratégie de marketing territorial efficace ;
  • Facilité d’accès au centre marchand et reconnaissance du parcours marchand.

Les centres-villes des villes touristiques préservées sont surdimensionnés. Ils accueillent de nombreux commerçants indépendants dans les secteurs de la beauté, de l’alimentaire, des loisirs et de la restauration. La présence d’activités autour de spécialités locales est également constatée dans ces centres-villes.

Cette étude démontre que, malgré un environnement changeant et la complexification du commerce actuel, il est possible de préserver et de développer le dynamisme des centres-villes.

EMPRIXIA vous accompagne

Spécialisée dans les études d’urbanisme commercial pour les collectivités, l’équipe EMPRIXIA vous accompagne pour redynamiser vos centres-villes.

Cliquez ici pour nous contactertaux_de_clic

Source d’informations : Procos